AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Woody Allen.

Aller en bas 
AuteurMessage
Strawberry'
Admin
avatar

Féminin Messages : 700
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 26
Localisation : SYDNEY*
Humeur : Mitigée.

MessageSujet: Woody Allen.   Sam 19 Sep - 18:43

Woody Allen.



De son vrai nom Allen Stewart Konigsberg, Woody Allen est né à Brooklyn (New York) en 1935. Autodidacte de quartier, il devient gagman au kilomètre afin de monnayer ses études à l'Université de New York, dont il se fait très promptement éjecter. A 19 ans, il vend des gags à NBC, se marie et entre en analyse. Doué pour la rédaction des “one-liners” (gags décrits en une seule ligne), il gagne alors près de 1 500 dollars par semaine. Devenu soliste de cabaret, il se produit dans les universités, à la télévision et en tournée. En 1964, le producteur Charles Feldman lui offre de réécrire le scénario de Quoi de neuf, Pussycat ?, dans lequel il tient finalement un petit rôle. Même schéma pour Casino Royale, où, cette fois, il joue le neveu de James Bond. Sa pièce de théâtre "Don't Drink the Water" fait alors un triomphe à Broadway, et Allen commence à collaborer au magazine "New Yorker". Sa première réalisation cinéma (Lily la tigresse) consiste en un détournement d'un film hongkongais qu'il remonte et qu'il commente librement, tout en insérant des scènes de son cru. Pour le suivant, sa première véritable mise en scène, Prends l'oseille et tire-toi, il s'amuse d'une description burlesque de la petite délinquance avec une scène de hold-up dans une banque qui restera dans les annales. D'abord parodique et joyeusement déconnant (du pamphlet politique Bananas au fantasmes sexuels outranciers contenus dans Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe..., en passant par la parodie de science-fiction avec Woody et les robots ou de film d'époque avec Guerre et amour), son cinéma acquiert ensuite en profondeur et en finesse, mais aussi en nostalgie teintée de romance désabusée. Annie Hall entame ainsi un cycle consacré aux femmes, grande préoccupation métaphysique de Woody Allen. Diane Keaton, qui joue la Annie Hall en question, partage alors sa vie. Exploitant toujours son personnage de binoclard maladroit, intellectuel et refroidissant, Woody est du casting de tous ses films, et dans le rôle principal. Intérieurs, en 1978, marque une rupture totale avec le “système allenien”, puisque ce film, dans lequel son auteur n'apparaît pas, est entièrement tragique et repose sur une introspection psychanalytique intense. Suit Manhattan, un film-hommage à New York qui est un succès au box-office et voit Woody Allen entrer dans le cercle très fermé des auteurs reconnus par la critique du monde entier et qui font aussi des entrées. La suite est variée à l'extrême : fantaisie bergmanienne (Comédie érotique d'une nuit d'été), vie d'un homme-caméléon, dans le sens propre du terme (Zelig), comédie farfelue sur le monde du spectacle (Broadway Danny Rose)... 1985 et 1986 seront deux années importantes pour Woody, qui met en scène successivement La rose pourpre du Caire et Hannah et ses sœurs, tous deux avec Mia Farrow, alors son épouse et muse cinématographique, et qui le restera jusqu'en 1992, avec Maris et femmes. Woody Allen est alors au sommet de son art, dont l'œuvre, oscillant entre légèreté et drame, est définitivement marquée de son empreinte désabusée et comiquement ironique. Depuis 1989, Allen tourne un film par an, dans lesquels il tient régulièrement le rôle principal (exceptions : Alice, Coups de feu sur Broadway et Celebrity), passant comme toujours d'un genre à l'autre : fantastique (Alice), hommage au cinéma expressionniste (Ombres et brouillard), intrigues conjugales new-yorkaises (Maris et femmes)... Son meilleur film de cette période reste sans conteste Meurtre mystérieux à Manhattan, formidable “whodunnit” (suspense criminel) avec Diane Keaton à la tête d'une extravagante enquête... Maudite Aphrodite revient à la comédie pure, et, avec Tout le monde dit I love you, Woody Allen explore pour la première fois la comédie musicale ! Après un retour à l'introspection dans Harry dans tous ses états, et un docu “vérité”, Wild man blues, dont il est l'objet mais pas le réalisateur, il met en scène une satire légère des artifices new-yorkais avec un Celebrity en noir et blanc de luxe. Il s'en retourne à sa grande passion pour le jazz à travers l'histoire, à demi inventée, du guitariste des années 1930 Emmett Ray, dans Accords et désaccords. Woody tient ensuite la vedette de Morceaux choisis en boucher kasher qui découpe sa femme (Sharon Stone) en petits bouts, avant de réaliser une nouvelle farce, Escrocs mais pas trop, où il joue aux côtés de Hugh Grant et Michael Rapaport. Alors que sort sur les écrans son Sortilège du scorpion de jade, pour lequel il renoue avec le fantastique léger déjà à l'œuvre dans Alice, son prochain film, Hollywood Endings est déjà en route et devrait sortir au printemps prochain. Deux films par an, maintenant ? Chauffe pas Woody !


Filmographie : (45 films)

1965 - Quoi de neuf, Pussycat ?
1966 - La première folie de Woody Allen
1967 - Casino Royale
1969 - Prend l'oseille et tire toi 1971 - Bananas
1972 - Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander
1972 - Tombe les filles et tais toi
1973 - Woody et les robots
1975 - Guerre et amour
1976 - Le prête nom
1977 - Annie Hall
1978 - Intérieurs
1979 - Manhattan
1980 - Stardust Memories
1982 - Comédie érotique d'une nuit d'été
1983 - Zelig
1984 - Broadway Danny Rose
1985 - La rose pourpre du Caire
1986 - Hannah et ses soeurs
1987 - Radio Days
1987 - September 1988 - Une autre femme
1989 - New York Stories
1989 - Crimes et délits
1990 - Alice
1991 - Scènes de ménage dans un centre commercial
1992 - Ombres et brouillard
1992 - Maris et femmes
1993 - Meutre mystérieux à Manhattan
1994 - Coups de feu sur Broadway
1995 - Maudite Aphrodite
1996 - Tout le monde dit I love you
1997 - Wild Man Blues
1997 - Harry dans tous états
1997 - Fourmiz (voix)
1998 - Celebrity
1999 - Accords et désaccords
1999 - Morceaux choisis
1999 - Company Man
2000 - Escrocs mais pas trop
2001 - Le sortilège du scorpion de jade
2002 - Hollywood ending
2003 - Anything else
2004 - Six bullets from now
2005 - Scoop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Woody Allen.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Match Point de Woody Allen
» La Rose Pourpre du Caire, de Woody Allen (1985).
» Café Society de Woody Allen (2016)
» Woody Allen
» Un homme irrationnel de Woody Allen (2015)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Entre nous. :: Artistes. :: Cinéastes.-
Sauter vers: